mardi 20 janvier 2015

LE JOYAU (The Jewel) Amy Ewing

LE JOYAU (The Jewel) Amy Ewing cover couverture
MAZETTE ! Je n'ai pas pu le lâcher un seul instant ! ça m'a pris une nuit mais ça en valait la peine ! Ce roman est un véritable joyau (ta dam tish ! -_-') mais c'est aussi une déclaration de guerre au lecteur ! Sérieusement est-ce qu'on a idée de terminer un roman ainsi ??

Je sais pas moi: qu'est-ce qui ce serait passé si Suzanne Collins avait terminé le second tome de Hunger Games au moment précis où Peeta referme ses mains sur le cou de Katniss ? ou si l'Episode V de Star Wars s'était arrêté au moment où Dark Vador avoue à Luke qu'il est son père... Et qu'après, on te dit que tu dois attendre UNE ****** D' ANNÉE avant de connaître la suite ?? J'vais vous l'dire moi ! CE SERAIT L’APOCALYPSE !!
Franchement je pense qu'on devrait commencer à lancer un projet de clause éditoriale pour interdire ce genre de fin ! Hum, voilà c'était mon coup de gueule du jour...Désolée...hum, oui bon ! Mon avis, alors euh...

Résumé (cliquer):
LE JOYAU (The Jewel) Amy Ewing back cover quatrième de couverture résumé synopsis

Violet, notre héroïne, a grandit dans le Marais (le cercle le plus pauvre de tout le royaume) avant d'être enlevée quand elle avait 12 ans pour devenir mère porteuse. Après une formation éprouvante de plusieurs années, la voilà destituée de son identité, déportée, vendue, exhibée, humiliée, inséminée de force... Bref, tout une histoire bien barbare, tordue, malsaine, glauque... bref, forcément j'ai a-do-ré ! =D
(vous pensez que je suis malade ? Je me demande qui est le plus malade: l'auteur qui a eu l'idée de ce roman ? L'éditeur qui était sûr que ça allait plaire à tout le monde ? Ou le lecteur qui en redemande ?)

Protestataire silencieuse, Violet n'a pas d'autre choix que de se conformer à sa condition si elle veut subvenir aux besoins de sa famille.
Mais ça c'était jusqu'à ce qu'elle rencontre Ash ! Un garçon magnifique, sensible, brisé. Immédiatement c'est le coup de foudre. Seulement voilà, ni l'un ni l'autre n'a le droit d'aimer. Légalement , ils sont considérés comme des meubles, des possessions (l'une machine à bébé parfait, l'autre esclave sexuel).

J'ai beaucoup compatis pour Violet mais encore plus pour sa meilleure amie Raven (plus charismatique et acharnée). Quant à Ash, il est sans nul doute à tomber par terre ! Ils ont tous une histoire tragique, ils enchaînent les situations toutes plus avilissantes les unes que les autres. Nos héros sont constamment humiliés, frustrés... Je n'ai pas pu m'empêcher de passer par une myriade d'émotions en lisant ce livre: colère et indignation principalement mais également angoisse et soulagement en passant aussi par la joie à chacune de leurs minuscules victoires.

A l'instar de Violet, on est tenu à l'écart du monde nébuleux du Joyau et de ses intrigues. Du coup, je ne sais pas trop quoi penser de la Duchesse du Lac, la tyrannique maîtresse de Violet. On ne sait pas vraiment dans quel camp elle est, ni l'Électrice d'ailleurs. Quels sont les enjeux d'autant de souffrances ? La seule chose qu'on est en  mesure d'affirmer est que leurs méthodes sont abjectes  et que des choses encore plus terrifiantes se préparent.

Je suis sûre que vous vous demandez de quelle façon ils s'y prennent pour mettre les mères-porteuses enceintes dans cet univers, en tout cas, moi oui, c'est le principal argument qui m'a poussée à dévorer le livre en quelques heures. Je ne vous le dirais pas, je vous laisse la surprise ! =P

Une autre chose que j'ai apprécié c'est que contrairement à beaucoup de livres ado romancés, Violet et Ash ne tournent pas 36 000 ans autour du pot, je les ai trouvé plus authentiques pour le coup. (Franchement ! Tris et Tobias m'ont fait lever les yeux au ciel une sacré paire de fois !)

Enfin, Amy Ewing, prend son temps pour approfondir son univers: l'intrigue se met en place assez tardivement mais le résultat est saisissant !
Je pense que la saga du Joyau, plus sombre, plus pernicieuse, a largement les moyens de détrôner la Sélection cette année en terme de popularité ! En tout cas, perso, j'suis à fond ! =D

[ATTENTION OPINION SÉRIEUSE ET BARBANTE]
Maintenant qu'on en parle, j'ai le vague soupçon que ce roman est une condamnation subtile de la procréation par mère porteuse auprès de la jeunesse. L'histoire est très exagérée bien sûre, mais j'ai peur que ça fasse son petit chemin dans nos jeunes têtes pensantes et que ce mode de procréation soit diabolisé. Dans cette histoire, il faut garder à l'esprit que l'aristocratie se stérilise pour faire concevoir des bébés parfaits. C'est une dérive extravagante digne des Hunger Games (c'est normal c'est une dystopie) ! Dans la vie réelle, il y a des personnes qui ne peuvent concevoir pour des raisons de santé X ou Y et on sait tous que l'adoption est un procédé bien trop long et compliqué, exclusivement réservé à des personnes jouissant d'un certain niveau de vie. Personnellement, je suis en faveur de la procréation par mère porteuse avec un bon cadre légal mais je suis également en faveur de la réflexion personnelle ! (A bon entendeur)

Sincèrement je vous recommande ce petit bijou, mais un conseil: si vous ne voulez pas être au summum de la frustration, attendez le tome 2 avant de commencer ! ;-)

Note: 5/5 <3 <3 <3 !! =D
Pages: 441
Editions: Robert Laffont, Collection R

Commande Amazon

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire