jeudi 4 décembre 2014

LES VARIANTS (Variant) Robison Wells

Bienvenue à la Maxfield Academy !
  • les relations sexuelles sont interdites
  • les affrontements violents sont interdits
  • mais surtout...il est interdit de tenter de s'échapper !
Toute infraction à l'une de ces 3 règles entraînera l'arrestation immédiate du contrevenant (l'arrestation signifiant la mort bien sûr).

les variants robison wells cover couverture

Résumé: Benson est un orphelin qui a passé toute sa courte existence à passer de famille d'accueil en famille d'accueil. Pas facile d'intégrer un bon lycée et d'obtenir une bourse d'étude avec un profil pareil. Heureusement, la Maxfield Academy lui offre l'opportunité d'un avenir meilleur. Seulement voilà, la Maxfield Academy est un peu spéciale et il s'y passe des choses à faire froid dans le dos... Benson va devoir choisir son camps: la Société (les lèches-bottes de la direction), le Chaos (les violents rebelles) ou les Variants (qui n'ont rien de spécial à première vue, à part qu'ils sont discrets et soudés)...


J'ai commencé à trouver ça très ennuyeux au début mais c'est bien plus complexe qu'il n'y paraît ! Le seul truc, c'est que c'est long. Il ne se passe rien avant la moitié du livre. Je peux comprendre qu'on veuille surprendre le lecteur au détour d'une page mais là... Il aurait fallu élaguer un peu !
C'est dommage car pourtant la deuxième partie du roman est absolument palpitante et la fin fait hurler "Viiiiiite LA SUiiiiiTe !!!".

Ce livre est complètement tordu et comme Benson, au début, je me suis demandée pourquoi tout le monde ne s'allie pas pour s'évader en masse ?? Mais c'est là toute la complexité du genre humain ! Tandis que certains ne lâcheront rien et tenteront toujours le tout pour le tout pour tenter de s'échapper, il y en aura toujours d'autres, qui, assoiffés de pouvoirs, feront tout pour satisfaire la Direction et s'attirer ses bonnes faveurs. Le problème c'est quand ce second groupe est 2 fois plus nombreux que le premier !

C'est ce que j'ai vraiment aimé dans ce roman. Je n'ai pas tellement accroché avec Benson mais je pouvais vraiment ressentir sa frustration; l'envie de frapper ceux qui baissent les bras; et son impuissance face à la corruption... Grrr !

Par contre, je crois que j'ai tout simplement un problème avec les héros masculins à la première personne: Gene dans Traqué, Benson ici, Tobias dans Divergente... Pourtant j'ai rien contre eux quand la narration est à la 3è personne du singulier: Alex Rider, Artemis Fowl, Nathaniel dans la Trilogie de Bartiméus, Alex Loria dans Multiversum, Thomas dans le Labyrinthe... En fait, quand on est dans leur tête, j'accroche pas, je ne sais pas pourquoi mais je les trouve limités (pour ne pas dire autre chose) et médiocres du coup.

J'ai comme l'impression que l'auteur tente de faire passer pour message "le mythe du bon sauvage" avec des allégories pas très subtiles. Il y a le Chaos: l'équivalent des manifestants qui aboient fort mais qui acceptent leur sort. La corruption est incarnée par la Société  (les méchants). Les deux vont de paire puisque le Chaos peut être vu comme résultant de la Société... Et il y a les Variants (les gentils), ceux qui sortent du lot, qui feront tout pour s'en sortir, s’évanouir dans la nature, quitter le navire quitte à y rester ! 

Oyé Oyé Montaigne, Diderot et Rousseau are back !

Une mise au goût du jour des vieux débats pour les jeunes d'aujourd'hui ? C'est à y réfléchir ! Toujours est-il que si on laisse à part cette digression analytique, le roman se divise en 2 parties: un "Avant" et un "Après" (avant = mortellement ennuyeux / après = WTF, suspense...). Ceci explique peut être le succès mitigé de l'oeuvre mais j'ai bien envie de lui laisser sa chance, car le second tome promet d'envoyer du lourd ! ;)

Note: 4/5
Pages: 320
Editions: MSK

Je vous invite également à vous le procurer sur Amazon histoire de l'ajouter à votre whishlist de Noël ! ^^

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire