lundi 2 décembre 2013

Cruelles

Cat Clarke


couverture

quatrième de couverture

Mon avis:

Cruelles est un roman qui nous écrase, nous étouffe: la tristesse, le regret et les remords dévorent tout sur leur passage. La culpabilité et l'angoisse nous prennent en étau comme une chape de plomb...et on ne sait pas quoi faire !
On est comme tiraillée entre la morale et la justice: d'un coté on aime notre héroïne et on la comprend, on se sent proche d'elle et on ne veut pas qu'elle se fasse pincer; de l'autre, on sait que c'est mal et qu'elle devrait tout avouer...
Le silence encage les héroïnes, les tue à petit feu, les meurtri jusqu'à la véritable hantise car Alice voit, pour le coup, un fantôme (on ne sait d'ailleurs pas si c'est un vrai phénomène paranormal ou une hallucination due à la culpabilité trop pesante).

On assiste donc à la longue agonie de la conscience d'Alice, partagée entre ses sentiments pour le frère de Tara et la réalité trop cruelle qui la rattrape sans arrêt; sans oublier son père veuf qui lui ment et fréquente une autre femme... Il n'y pas d'adultes rassurants et compréhensifs dans ce livre, on remarquera d'ailleurs l'absence totale d'auxiliaires, même les complices d'Alice sont dans le déni le plus complet...

Alice est seule face à ses souvenirs, son secret, seule face au deuil de sa mère, de ses amies, de son innocence...

La moiteur et la pluie de Londres participent également pas mal à l'ambiance malsaine du roman.

Et nous sommes complices jusqu'au bout...

Il n'y a pas de happy end dans cette histoire, juste un énorme fardeau qui pèse jusqu'à ce qu'on se libère du silence, jusqu'à ce qu'on soit obligé d'abandonner Alice à son destin. Un roman que j'ai beaucoup apprécié pour sa mise en scène et son effet d'ambiance très réussi.

Pour se le procurer, c'est par ici ;)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire