lundi 21 octobre 2013

Le Dernier Jour de ma Vie

Lauren Oliver


première de couverture

quatrième de couverture


Et vous ? Que changeriez vous si vous deviez mourir ce soir ?

Sam est une lycéenne populaire: sa meilleure amie est la reine des pestes, son petit ami, le mec le plus relou du lycée, même son prof de maths lui fait de l’œil... Mais quand on creuse sous le vernis de la fille qui suit les règles puériles de la société lycéenne, on découvre une personnalité bien trempée, une volonté de changer le cours des choses, d'aimer et de vivre de façon authentique.

Ce qui est assez paradoxal, car Samantha est morte !

Toutefois, elle ne se rend compte de ses erreurs et de ses regrets qu'en se réveillant le lendemain, le surlendemain, et ainsi de suite... Sam bénéficie d'une seconde et dernière chance: elle peut choisir le scénario de son dernier jour, elle peut choisir de faire le bon choix: la justice, l'amitié, l'amour, la vie, la mort... Sam a du pain sur la planche si elle veut rectifier le tir !

Le style ressemble un peu à Delirium: une fille, une narration à la première personne, les descriptions puissantes des émotions et des sensations... et pourtant nos deux héroïnes sont complètement différentes !

Ce roman m'a envoyé une gifle monumentale au milieu de mon quotidien et des autres bouquins. 
Ce qui a aussi contribué à sa magie pour moi c'est de l'avoir lu sur toute une semaine à intervalles réguliers, afin de vraiment m’en imprégner. J'étais vraiment envoûtée, absorbée, captivée, par l'histoire de Sam. A chaque moment de la journée, pendant les cours (ouais d'accord c'est pas sérieux, j'avoue), en faisant la vaisselle ou sous la douche, je ne pouvais m’empêcher de me demander ce qui allait se passer la journée d'après.

Bref... Un one-shot éblouissant, une histoire bouleversante, une héroïne poignante, c'est l'histoire du dernier jour de la vie de Sam que je vous recommande chaudement !


Voici le trailer du livre en anglais (malheureusement il n'y en a pas eu en français à ma connaissance)

Pour se le procurer, c'est par là !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire